Publicité Native : Quel réseau est fait pour vous ?

Wladimir Delcros - Head of Growth Codingame | Founder Uclic.co & Uclic.fr
Wladimir Delcros - Head of Growth Codingame | Founder Uclic.co & Uclic.fr

Si l’on devait résumer ce qu’est la publicité native, la variante officielle de l’annonceur sera parmi les leviers dépendant de l’œil d’une audience potentiellement importante, également des clics comparativement bon marché. De l’autre côté de ce miroir, même pour les éditeurs, la structure native, qu’elle soit gérée par l’agence de marketing ou par une communauté, fournit un modèle financier gratifiant pour des insertions auparavant non rentables, les fameux “posts similaires”, même l’écran situé sous la ligne de flottaison et dont on comprend que moins de 30 % des internautes le regardent effectivement.

Une structure qui fait le bonheur de toutes les parties, pour autant que les annonceurs trouvent des accroches et des articles qui plaisent à ce public. Ainsi, le format fonctionne et le “native” va de plus en plus loin.

Standard des publicités natives : les insertions sur écran transformé.

Les célébrités sont Taboola, Outbrain ou encore Ligatus en France. Outbrain est devenu dernièrement le pionnier en France, avec la meilleure sélection de médias et surtout une version qui répond aux attentes des éditeurs, notamment pas de landing page. Et ce n’est que le contraire de Taboola, qui propose un modèle plus intriguant pour les annonceurs. En réalité, Taboola est depuis peu le premier réseau mondial.

Avec des articles ciblés pour intéresser les spectateurs et aussi faire ce que la publicité a toujours compris : convaincre, le native fonctionne superbement sur des sujets qui attirent évidemment les chasseurs de wweb pour créer l’option parfaite. Le natif fonctionne superbement sur des sujets qui attirent évidemment un public en quête de conseils pour faire la meilleure option.

Dans les publicités natives, on parle donc de services ou de produits différenciés orientés vers un objectif assez simple de CSP + et CSP ++. Et pourtant ! Les sites natifs prolifiques sont autant de minibuzz pour ados paresseux qu’ils sont extrêmement qualitatifs Nouvel Obs… Et on ne peut pas (encore) sélectionner les médias audiovisuels. A perdu son intégrité : des objectifs très qualifiés peuvent très bien venir dans la presse qui n’a que le titre.

taboola_backstage
La synthèse signifie que si l’on peut être natif, on fait généralement abstraction de toutes ses idées préconçues, le prix par conversion est réduit. Si Mme Michu a choisi de passer par demotivateur.com au lieu d’un réseau de renom, cela ne change finalement qu’un paramètre de ce lien de veille. La leçon serait de devenir par la suite dans une presse et de repérer les accroches, les visuels et les noms qui attirent l’œil de tout consommateur, à condition qu’il clique dessus.

Adwords le challenger qui sait tout faire mieux.

L’affirmation est actuelle, mais le marché l’attendait. D’un autre côté, peu de médias importants fonctionnent avec Adsense (l’instrument spécialisé dans les éditeurs).Peu importe, Adwords finit par proposer des formats natifs utilisant les mêmes codes que ses rivaux. Et c’est une très bonne chose, car après avoir analysé les approches de ciblage d’Outbrain et Taboola, elles sont assez mauvaises, voire inexistantes.

Facebook Ads, le meilleur levier tout simplement !

Concernant le ciblage, là encore c’est mieux, au point de pouvoir travailler également sur des poursuites que personne ne sait cibler à l’écran sauf avec l’aide d’une DMP, mais cela reste néanmoins l’apanage des grands comptes.

Le média peut aussi se transformer en innovation technologique avec les publicités Canvas et Immediate Articles qui, il faut le dire, sont extrêmement utiles pour promouvoir du contenu sur un produit qui propose.

Sachez que Facebook Ads inclut actuellement Instagram. Il s’agit donc d’une combinaison intrigante pour améliorer le ciblage des produits de luxe et des produits alimentaires, des événements : des sujets où le système des photophiles est beaucoup plus puissant que Facebook.

Les formats Native feign et Celebrity Native : des cas particuliers.

Elle est aussi désuète qu’elle est, pourtant la chaise payante, ou occasionnellement dite achetée. La machine a beaucoup évolué. La version n’est pas d’accord, car le Native Publishing offre un équilibre promotionnel fantastique dans la gamme des relations avec les médias axées surdes deals où toutes les parties sont gagnantes. Pleinement intégré et vu sous un angle éditorial, le format est clairement assimilé à un contenu rédactionnel normal. Comme l’expliquait 20 Minutes chez nous, cela fait désormais partie du modèle économique des médias et surtout d’un meilleur engagement avec les annonceurs qui participent avec les journalistes dans une logique de co-création.

A propos du Celebrity native, on se tourne plutôt vers des plateformes d’affiliation, Kwanko numéro un en France ou Zanox le leader mondial, sont très présents et couvrent de nombreux blogueurs qui s’engagent au CPC ou au CPL/CPA. Kwanko vient d’ailleurs de lancer en partenariat avec une agence lyonnaise un format qui explose : Wemood pour créer des listes d’achat e-commerce et les partager avec son audience. Vous l’aurez compris, un backchich est prévu pour les blogueurs.
Les autres, Twitter, Pinterest, Linkedin, sont également intéressants avec une mention particulière pour Linkedin sur les segments B2B. Twitter est, quant à lui, peu efficace, Pinterest tend à devenir un levier efficace, mais malheureusement l’audience reste faible en France.

0 0 votes
Évaluation de l'article
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on whatsapp
DERNIERS ARTICLES
écoutez le podcast

Téléchargez-le dès maintenant

Avant que vos concurrents ne mettent la main dessus.


0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x